Délégation reçue à la direction régionale du 29 mars (communiqué)

Publié le par ccpl59

 

Dématérialisation : vous n'avez pas consulté vos mails ? votre radiation saute sur cette simple indication !


Suite à l'occupation de la direction régionale de pôle emploi à Villeneuve-d'Ascq du 21 mars, une délégation composée de 4 personnes du collectif de chômeur-ses et précaires de Lille (CCPL) et de 2 personnes du comité des sans papiers 59 (CSP 59) était reçue ce jeudi 29 mars au matin par des représentants de la direction : Gilles Desrumaux, directeur territorial délégué Pôle Emploi Flandre; Jean-Marie Fontenelle, directeur régional délégué; Clément Froissard chargé de mission direction territoriale Flandre; le médiateur régional pôle emploi nord pas de calais.

 

     Nous avons dans un premier temps revendiqué le déblocage des situations de 7 personnes concernées par des problèmes avec l'institution, dont deux radiations ABUSIVES : la première traîne depuis bientôt un an,  suite à une "erreur" et dans la foulée avec acharnement insitutionnel amenant de graves conséquences professionnelles et familiales pour la demandeuse d'emploi (procédure d'huissier à l'appel de l'agence pôle emploi, mise en péril définitive de son devenir dans son secteur d'activité etc);  la deuxième radiation signale une absence à un RDV bien que la personne était bien là ! Après avoir refusé de signer un PPAE imposé par sa conseillère, la demandeuse s'est donc faite sanctionnée par l'usage de la radiation. Le médiateur régional avait confirmé cette radiation il y a quelques jours, ce 29 mars le son de cloche était à priori bien différent. Sur l'ensemble des situations nous avons eu des garanties de "réétude" et/ou de solutionnement. Le collectif exige la résolution de ces situations ces prochains jours, après avoir mis en avant les pratiques intolérables de pôle emploi vis à vis des personnes concernées... pour une multitude d'autres qui restent isolées. 

"Radier pour aider les gens"...


      Dans un deuxième temps nous avons posé nos revendications et toutes ont été refusées. Parmi celles ci nous avons notamment insisté sur les radiations. D'après les interlocuteurs, elles servent à "ramener les gens vers pôle emploi" (sic)... Nous exigeons l'arrêt du dispositif des radiations, qui est le noeud central du fonctionnement pôle emploi, le moyen de pression constant qui fait accepter le contrôle sur nos vies, le travail précaire et surexploité, la vente de notre temps de vie à des boites de sous traitance privées (Trajectoire emploi etc), le paternalisme ambiant. Nous refusons le chantage à la subsistance, soit l'un des aspects majeurs de la "mission sociale" de police emploi. 

La seule avancée concernant les radiations a porté sur la dématérialisation : M. Froissard nous a signalé que lors d'une radiation pour manquement à une convocation uniquement envoyée par mail, une justification écrite dans les délais brefs mentionnant notre non consultation de boite mail est garante d'une radiation annulée : "On s'est rendu compte que des personnes ne consultaient pas tous les jours leur boite mail (...). Si elle nous dit j'ai pas consulté, c'est clair qu'au niveau de l'agence on supprime la convocation, la radiation, et on demande est ce que vous maintenez la dématérialisation ? (...) Je dis simplement, "j’ai pas consulté mon mail", et on retire la procédure". Le collectif prend acte de cette information essentielle de M. Froissard et interpelle donc tout demandeur d'emploi confirmé dans une radiation malgré un courrier écrit dans les temps et faisant part d'une non consultation de la boîte mail.

Les personnes du CSP 59, après avoir rappelé leur occupation de la direction du travail en janvier dernier, ont demandé des chiffres et informations sur les métiers en tension, ainsi qu'un état des lieux d'éventuelles contributions de Pôle Emploi à la politique préfectorale de chasse aux sans-papiers. Enfin la non admission des sans papiers à pôle emploi a été rappelée, alors même que des travailleur-ses sans papiers cotisent, tandis que des processus de régularisation en lien avec Pôle Emploi ne sont pas appliqués par la Préfecture. 

En conclusion le CCPL constate le mur posé face aux revendications exigées, les contradictions évidentes de l'institution face à son fonctionnement. Les situations personnelles abordées ce matin sont symptomatiques à cet égard et nous saurons donc très prochainement si des mesures ont été prises pour y remédier. Ce matin ont été revus des dossiers de gens méprisés et enfoncés par l'institution jusqu'à ce jour, n'ayant jamais eu gain de cause face aux abus de pôle emploi. Face à l'isolement de ces personnes, le CCPL propose l'organisation collective, les échanges entre précaires, des actions, le rapprochement en direction des syndicats de salarié-es, des sans-papiers, des SDF, des licencié-es face à un ordre social qui nous bouffe et nous extermine quand bon lui semble, au gré d'arbitrages institutionnels moralisateurs où on doit tout accepter "pour notre bien", pour être "dignes"...  Notre regroupement collectif nous permet de nous défendre d'une part, et de changer la donne d'autre part. Nous riposterons jusqu'à la résolution des "cas" évoqués ce matin (et d’autres qui suivront) et jusqu'à la satisfaction de nos revendications qui se construisent au fil des semaines… en lien également avec d'autres secteurs. 

C'est la lutte qui commence... D'ores et déjà d'autres personnes viennent nous rejoindre au collectif à la fois pour leurs situations personnelles vis à vis des institutions mais aussi pour les revendications de fond...

CCPL, le 29 mars

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article