Pôle Emploi : radiations... et je mens foutisme ! (5 mars)

Publié le par ccpl59

 

Pôle Emploi : radiations... et je mens foutisme


Philippe, en grève de la faim depuis le 1er mars, et accompagné d'une personne du CCPL, s'est vu proposé lors de son rdv du lundi 5 mars avec la directrice de Pôle emploi Hellemmes... 2 offres d'emploi auxquelles postuler. Pôle emploi, de ses propres dires, ne donne pas de boulot, mais juste des moyens... Sur ce dernier point, c'est une véritable farce de mauvais goût. Dans l'urgence, la directrice propose donc deux annonces imprimées... et refuse tout placement d’urgence, en niant cette possibilité pour Philippe. Voilà donc les fameux moyens de Pôle Emploi, et qui nécessitent la radiation de toutes et tous lorsque nous ne sommes pas à genoux devant cette institution les prodiguant. Il est évident que les moyens mis à disposition par pôle emploi sont pour l'essentiel BIDONS, preuve en est l'absence de travail pour Philippe depuis trois ans. Alors pourquoi radier les chômeur-ses à tout va pour tout manquement à une convocation alors que Pôle Emploi ne donne aucun moyen véritable d’accompagnement quand il est sollicité, tel que le démontre ici la directrice, sommet de la pyramide locale ?  


     Combien de chômeur-ses dans la situation de Philippe, exposé-es eux et elles aussi au non-accompagnement et jugé-es pourtant "non responsables" au point de leur enlever parfois les miettes (RSA, ASS, allocations chômage...) ? A ce jeu-là, ne devrait-on pas radier la directrice ? On la retrouvera ainsi dans notre camp de "parasites" soumis aux aléas du non travail et de la morale toute puissante des institutions qui nous infantilisent, nous punissent ou nous simulent tout véritable suivi, preuve en est l’obligation de s’y coller. Le-la chômeur-se c’est un peu la bonne conscience de l’institution : suivez mes ateliers, mes stages, mes prestataires, ça me donne du contenu, aussi futile soit-il ; ne venez pas et je vous exclue, ça m’enlèvera du monde dans mes stats et j’aurai une récompense ; prenez mes offres d’emploi obligatoires quelles qu’en soient les conditions de travail, et vous m’apporterez du bon chiffre. Malgré toutes les démarches sollicitant des pistes sérieuses de retour au travail, notamment par la mise en relation avec employeurs en lien avec son parcours professionnel (informatique), la directrice n'aura donc mieux trouver que surfer sur le net et imprimer deux annonces... Quelle mission, nous sommes là impressionné-es ! ET ON RADIE ENSUITE LES CHOMEURS QUI EN FONT TOUT AUTANT DANS LEUR QUETE DE TRAVAIL : "vous n'attestez pas de recherche sérieuse de travail, monsieur", soit la formule courante avant que le couperet finisse d'achever la personne. On moralise à tout bout de champ le sans emploi et on le-la rend responsable, qu'il et elle se démerde avec ses miettes financières, sa santé fragilisée, ses dettes, sa perte de logement...Pourquoi responsabiliser le sans-emploi du non travail et lui rendre la vie impossible, si pôle emploi avoue aussi son incapacité ? La directrice avoue, et pour se défendre va même jusqu’à préciser que Pôle Emploi n’est pas une machine à infantiliser, que le demandeur est autonome… !! O combien les pratiques révèlent tout le contraire, avec les touches de mépris qui s'imposent pour les "gueux" que nous sommes, et ô combien un réel suivi, dans le sens de la demande envers le-la conseiller-e et en accord avec ce dernier, relève de la mission sociale. Ce sont les fliquages, ateliers bidons, radiations… qui infantilisent !


La situation de Philippe révèle aussi la xénophobie d’Etat : les étranger-es ne sont pas admis-es en France; tout est fait pour durcir l'accès à une situation administrative légale et ainsi toute possibilité d'accéder au travail légal et aux responsabilités de l'Etat dans la possibilité d'insertion. Son épouse, d'origine thaïlandaise, arrivée en France depuis trois ans et mariée alors à Philippe, n'a aujourd'hui aucune possibilité de travailler et/ou de bénéficier d'aides sociales. Comme beaucoup d’autres, elle est devenue "SANS -PAPIERS"

En attendant, Philippe et son épouse peuvent crever avec la très maigre ASS...  Oui, ce revenu misérable qui nous est donné comme on donne à des chien-nes, et qui nécessite l'ignoble domestication par Pôle Emploi et autres prestataires bidons, qui relèvent du cirque. Cette maigre ASS qui devrait nous faire dire "alleluia" et nous faire taire, comme tous les autres revenus minimums. On le voit, la grande morale du travail contre les "parasites" du système, non seulement est erronée, mais en plus amène aux pires situations de précarité et de misère


LE COLLECTIF NE LACHERA PAS !


PHILIPPE CONTINUE SA GREVE DE LA FAIM ET NOUS LE SOUTENONS JUSQU A OBTENTION D'UN TRAVAIL DECENT, DANS L'URGENCE


FACE A LA MORALE REPUBLIQUAINE QUI S’ATTAQUE AUX CHOMEURS-SES ET AUX ETRANGER-ES, ORGANISONS-NOUS POUR NE PAS LA LAISSER NOUS BROYER !

A suivre...

 

collectifCPL59 -[at] - yahoo.fr / CCPL59.over-blog.com

Commenter cet article